Art Livres et Evénements Nez, la Revue Olfactive #03:

Nez, la Revue Olfactive #03:

04/27/17 08:28:39 (2 commentaires)

de: Sophie Normand

La vitrine de la librairie où se tenait le lancement du N°3 de Nez

                                             Jeudi dernier avait lieu le lancement du dernier numéro de Nez

La semaine dernière, parfumeurs, journalistes,  fervents amateurs et autres personnes de l'industrie, se pressaient dans l'arrière-salle d'une librairie du Carreau du Temple pour assister au lancement du N°3 de Nez. Un agréable moment porté par la présence de Jean-Claude Ellena, excusez du peu. 

Ce N°3 de Nez, la revue olfactive, nous plonge cette fois-ci en plein “vertiges” de l’amour. Et plus précisément là où le coeur a ses raisons que la raison ignore, en touchant du doigt (ou du nez) les mécanismes du désir, la magie de l’attraction, la chimie de l’attirance.

 

La chimie de l'attirance, un mystère... olfactif?

                                                                  La chimie de l'attirance, un mystère ... olfactif? 

 

Un thème que ce nouvel opus explore sous autant d’angles que le corps possède de recoins cachés.... A commencer par le mystère des phéromones, (fantasme ou intox?), mais aussi celui de l’odeur de l’être aimé: où se lovent ces vecteurs d’effluves qui agissent sur nous tel un véritable philtre d’amour?

Les parfums ont-ils un sexe? Nous menant de l’Antiquité aux linéaires bien rangés des Séphora en passant par les débuts de la parfumerie moderne, Jeanne Doré, Eugénie Briot et Denyse Beaulieu abordent la question du genre du parfum, qui n’a de cesse de brouiller les pistes pour mieux se réinventer. Yohan Cervi nous transporte d’ailleurs près d’un siècle en arrière, en pleines Années Folles, où les parfums de “garçonnes” étaient à la mode.

 

Les années folles, époque "follement" créative sur le plan olfactif                                          Les années folles, époque "follement" créative sur le plan olfactif 

 

S’il puise ses racines dans les divinités de l’Antiquité, le parfum a souvent été habillé d’une aura de séduction, qui confine presque à la sorcellerie dans les écrits anciens. Le parfum pour attirer l’autre dans ses filets… Une posture dont use largement l’industrie du parfum depuis ses débuts, (et d’autant plus aujourd’hui, à mesure que l’imaginaire autour d’une fragrance s’appauvrit au profit d’une logique commerciale à court terme). Au fil d’interviews d’experts, Delphine de Swardt analyse les ressorts de cette tendance omniprésente. Guillaume Tesson mène quant à lui son enquête sur le terrain, des couloirs des cabarets de strip-tease aux boutiques érotiques, sans oublier les marques de parfum jouant ouvertement la carte du parfum comme élixir de désir.

 

Céline Ellena arpente les rues de Pigalle pour dénicher ses s               Céline Ellena arpente les rues de Pigalle pour en dénicher ses plus secrètes odeurs

 

La revue nous invite aussi à flâner côté jardin, nous mettant le nez au coeur des fleurs, qui exhalent de suaves effluves… à des fins de reproduction. On reste dans le thème.

Amour toujours, Nez nous propose de "faire une virée à deux, tous les deux sur les chemins”, le temps d’un road trip, rythmé par les odeurs de l’automobile, décortiquées par Béatrice de Boisserie.

 

La vanille, épice aux nuances multiples, pour mieux nous charmer                                       La vanille, épice aux nuances multiples, pour mieux nous charmer

 

Enfin, pour achever de nous mettre l’eau à la bouche, le magazine nous emmène sur la route de la gousse à Madagascar. Matière sensuelle s’il en est, tantôt gourmande, tantôt cuirée, liquoreuse ou boisée, l’absolue de vanille nous vient d’un long processus de fabrication, de la pollinisation de la plante à l’extraction aux solvants volatils, en passant par un long temps de séchage au soleil, puis dans des caisses en bois...  De la récolte à l’obtention de l’absolue de vanille, pas moins de 18 mois de travail suivi par des mains expertes sont nécessaires, d’où son prix assez élevé (plus de 4000 euros le kilo). Mais je  laisse le reportage de Cécile Clouet  vous emporter au large de l’Océan Indien pour en apprendre plus…

Bien d’autres dossiers viennent compléter ce nouveau numéro, à l’image de la critique des nouveautés et des coups de coeur de la rédaction, ou encore de l’interview de Francis Kurkdjian, rondement menée par Sarah Bouasse.

Bref, vous l'aurez compris,  la lecture de ce nouveau numéro du magazine bi-annuel vous mènera par le bout du nez….

 

Nez, la Revue Olfactive #03, 19,90 euros en librairie mais aussi dans vos adresses parfum préférées.

Retrouvez-ici la liste de tous les points de vente, à moins que vous ne préfériez l'acheter en ligne...

 

 

 

 

 

Sophie Normand, 
Editrice, rédactrice & Traductrice

C’est parce que j’étais fascinée par les parfums depuis l’enfance que mon métier de rédactrice m’a menée vers un blog où j’évoquerais ma passion pour cet univers riche en émotions... J'ai par la suite prêté ma plume au site de Cinquième Sens, l’Olfathèque. Expérience qui m’a permis de bénéficier du Cursus Matières Premières et Formulation afin d’y approfondir mes connaissances olfactives, d’acquérir des notions d'évaluation. Depuis je suis devenue rédactrice et formatrice parfum free-lance.



Précédent Art Livres et Evénements Suivant


Advertisement

Tambourine
Tambourine

oui et l'odorat est analysé par divers prismes culturels, c'est très enrichissant!

May
02
2017
StellaDiverFlynn
StellaDiverFlynn

Je viens de découvrir ce revue, et j'ai acheté les trois numéros d'un coup pour les rattraper. Les sujets me semblent assez variés, des matières premières jusqu'aux interviews des parfumeurs. Je vais passer de belles soirées de lecture ce weekend ! ^_^

Apr
27
2017

Ajouter votre critique

Devenez un membre de la communauté en ligne et ecrivez vos propres critiques.

Advertisement

Marques populaires: